Priyananda

Publié par Priyananda

"Vous n'êtes pas nés pour dormir en ce monde, une destinée grandiose vous attend..."

***

"Ce que je cherchais, sans le savoir, depuis des années arriva. Une nouvelle conscience se manifesta. Elle venait de nulle part et de partout... Ce fut comme une explosion. Elle n'était que joie et lumière... Elle était tout. Alors la vérité se révéla : Une, joyeuse, lumineuse, éternelle et tout amour. Cela arriva sublimement. Ce fut merveilleux, cela se révéla aux yeux, aux oreilles, à l’esprit, au coeur : derrière tous les phénomènes de notre monde existe un autre plan de conscience absolu et total, qui contient tout, illumine tout, et se trouve hors du temps. Le plus surprenant, si je peux dire, c’est que Cela apparut comme quelque chose de déjà connu, mais qui avait été simplement oublié. Ce plan de conscience n’était pas nouveau, je le retrouvais, il m’était familier, « je » venais de là, c’était mon Origine, ma source, ma réalité. C’est seulement l’enfermement dans la coquille égotique qui l’avait fait oublier. Alors beaucoup de choses sont revenus instantanément à la conscience. Car c’était déjà dans la conscience, ça avait toujours été là. Et là, cela se dévoila dans une perception globale et intemporelle, mais auparavant c’était caché, voilé…pendant les quelques dizaines d’années de vie sur la terre.

Cette expérience était totalement, oui totalement différente de toutes les illuminations que j’avais pu connaitre auparavant. Il y avait eu, en effet, au cours de ma sadhana diverses illuminations, la découverte d’autres états de conscience, d’autres réalités. Les perceptions extrasensorielles, les mémoires akhashiques, les perceptions astrales, les samadhi énergétiques, la réalisation bouddhique, tout cela était beau, fabuleux, mais cela laissait ensuite une sorte de nostalgie, d’incomplétude, de dissociation par rapport au monde matériel dense et duel. Et Maa me disait catégoriquement à chaque fois que je lui racontais mes expériences que cela n’était pas du tout important.

Là, c’était complétement différent. C’était radicalement différent. Le Moi n’était plus. Mais ça ne produisait aucune peur, ni insatisfaction, au contraire c’était sublimement joyeux, et plein. Ordinairement, il y a une sorte de peur de la disparition du Moi. Mais en fait, ce qui apparut était si beau et lumineux. Ce monde était empli de lumière et de joie vibrante (Ananda). Ne plus être enfermé dans un Moi, c’est être Tout. Et il n’y a plus que la joie sublime : Ananda.

Puis, se posa un « choix », en quelque sorte même si ce n’est pas tout à fait cela. Il y avait une sorte de fil qui retenait une mince mémoire du « moi », dans un vaste champ de pure conscience lumineuse. Ce fil pouvait se rompre et toute mémoire du corps disparaître ou ce fil pouvait permettre un « retour » dans le corps matériel. Il y eut le retour. Cela se fit, je crois, avec une infime vibration d’appel de la matière..."

Publié dans Priyananda