Dans le Coeur Tout est Un

Publié le par Patrick

 

 

Pour comprendre la réalité  Divine et l’œuvre de Dieu dans le monde et dans l’univers autour de nous, nous devons comprendre clairement notre propre situation.  Dans la réalité physique nous vivons dans un état de Séparation. notre conscience est séparée de Dieu par un voile. Notre vie incarnée ici est limitée par ce temps et cet espace.

Nous fonctionnons comme un être limité sur Terre, mais nous sommes bien plus grand que cela. Notre nature profonde est connectée à l’endroit d’où nous venons.

La Séparation n’est pas le résultat d’une erreur ou d’un péché, ni d'une illusion mentale. C’est un phénomène naturel et provisoire du processus de l’Evolution.

L’Atma Yoga propose le chemin du Retour à l’Unité originelle.

Retrouver la conscience de l’Unité! Tel est le but de l’Atma Sadhana qui est évolutive.

 

Extrait du cours de la sadhana

« Pranidhana est l’avant dernière étape de la sadhana pour retrouver la conscience unitive.

L’idée de séparation est la cause de la souffrance. Elle naît de l’ignorance. Éliminer cette fausse notion de séparation et se libérer de cette notion illusoire est le but principal de la voie du yoga. Cette voie est la plus efficace et la plus pratique.

L’abandon est le plus grand acte de volonté, et le dernier.

L’abandon, réel et complet n’est pas facile.Nous ne nous abandonnons pas parce que nous ne pouvons plus vous tenir sur nos deux pieds, parce que nous sommes déjà en train de tomber.

Ce n’est pas en disant : » je m’abandonne » que cela est réalisé. L’abandon n’est pas l’impuissance. L’abandon ne vient pas de l’impuissance, mais d’un immense pouvoir.

Vous avez expérimenté les voies de la volonté et vous n’avez rien trouvé. Vous avez considéré toutes les possibilités de l’égo, et vous avez souffert, vous êtes tout simplement encore insatisfait. Alors vous décidez : « Maintenant, essayons l’ultime solution: laissons tomber l’égo.Pour laisser tomber l’égo, vous aurez besoin d’une grande volonté. Sans volonté, ce n’est pas facile de laisser tomber, de s’abandonner…

Ishvarapranidhana

Nous atteignons l’état de parfait samadhi en nous abandonnant totalement au Divin. Par la pratique extrême de la présence de Dieu, le samadhi peut être atteint rapidement. Ishvarapranidhana met l’accent sur l’abandon, l’amour et la dévotion pour le Seigneur. C’est le moyen le plus sûr de réussir. Il peut être compris comme pra = ultime  nidhana = refuge En ce sens, pranidhana est le refuge ou la demeure ultime.

Ishvara est le Seigneur Suprême, le grand maître qui règne à l’aide de shakti .

Abandonnez vous complètement au Seigneur, à Dieu, de tout votre coeur, de toute votre âme, de toutes vos forces, de tout votre esprit. Aimer Dieu complètement et vivre dans l’état de conscience divine est le vrai but. Toute la pratique et toute la discipline ont pour but de développer cet état d’existence. Tant que l’ego n’est pas éliminé, cet état ne peut pas être atteint. L’ego est le plus grand obstacle.  Ce n’est pas en une journée de pratique qu’on peut atteindre cet état. Il faut pratiquer régulièrement (sutra 1:14).

Maintenant, oublie quelle voie tu suis, accepte le Divin Ishvara dans ta vie, abandonne-toi à Lui complètement. Que chaque action, chaque mot, chaque pensée, chaque souffle, chaque moment de ta vie sois dédié au Dieu que tu aimes. Fais tout en Sa présence  et pour Lui. Alors le samadhi, la réalisation du Soi viendra.

 Extrait du livre

« Il arrive dans la vie, des moments où se concentrent des choix essentiels. Des moments où le feu de notre âme nous rappelle à l’action juste.

Il est maintenant ce moment où nous sommes invités, à la faveur d’une mystérieuse conjonction, à quitter le port et reprendre la mer, à partir vers l’inconnu.

Il est maintenant ce moment où nous pouvons oser chercher ce que nous sommes en vérité.

Cette aventure est d’autant plus impérative que les formes nouvelles du spirituel restent enfermées dans des recherches de « toujours plus », qui ne sont que le désir d’un super-ego, avec toujours un manque essentiel.

Il s’agit de démystifier la quête essentielle. Il s’agit de se libérer de la fascination pour les magies de puissance. Il s’agit de ne plus se laisser hypnotiser par l’appel du merveilleux.

Il s’agit de voir tous ces pièges qui droguent les consciences humaines, maintenant le chercheur spirituel dans un infantilisme sclérosant.

Les temps ne sont plus à l’adoration des héros, des demi-dieux, des maîtres, ni à la recherche de quelques secrets cachés, mais à la reconnaissance de notre liberté spirituelle souveraine, à l’aventure libre enfin de la conscience et de la joie.

L’éveil à notre liberté essentielle apparaît comme un but de la vie spirituelle. Cet éveil donne le sentiment d’être soudain.

Cependant les événements qui y conduisent sont progressifs. Y aurait-il un processus décelable ?

Parfois des événements tragiques comme la mort d’un être cher, une maladie grave, la perte d’une carrière, contribuent à affaiblir la carapace de notre identité.

Car finalement, c’est bien par la perte de nos illusions que la vérité apparaît. Cela peut survenir de façon brusque, cela peut survenir de façon progressive. Tout dépend du regard.

Pour faciliter la vision d’ensemble de cette proposition, nous allons l’aborder par une expérience personnelle. Un cheminement avec l’Atma yoga, à partir de ma rencontre avec un maître spirituel, rencontre qui se fit justement suite à un effondrement.

Puis nous porterons notre attention sur un  e tradition millénaire, l’Advaita Vedanta, la Voie de la Non-dualité. Cette tradition, toujours vivante, et si vaste a tant de choses à nous dire.

Enfin nous poserons un regard sur le devenir de notre monde, et notre place dans l’évolution.

Car, après avoir cherché à sortir de la souffrance, après avoir trouvé une plénitude intérieure, se pose cette question : nous, tous ensemble, où allons-nous ?

C’est mon cheminement évolutif qui se dévoile, commencé consciemment depuis maintenant 33 ans, après un choc violent avec la vie. S’il peut aider quelques personnes à mieux comprendre là où elles vont, ce livre sera un merveilleux cadeau.

Le chemin que je vous invite à découvrir s’appelle l’Atma yoga. Il conduit à l’éveil par la pratique intérieure. Il s’agit d’un chemin traditionnel. Je n’ai jamais été attaché à la tradition, mais avec le recul m’apparait la beauté et la valeur de cette démarche qui consiste pour une personne de se faire accepter par un maître. On demande pour devenir disciple. Cela n’a rien à voir avec le fait de payer un stage d’initiation…

Chemin de diverses pratiques spirituelles qui balisent l’évolution de la conscience

Chemin d’accompagnement qui permet de traverser les différentes résistances de l’ego.

Chemin solitaire aussi car souvent on se sent seul au milieu du monde.

Avec du recul, ce chemin ne fut pas si difficile, même s’il y a eu des périodes de doutes, de désespoir, de lassitude. Mais impossible de retourner en arrière. Seul le « faire du sur-place » est possible.

Il y a eu des décisions fortes à prendre, des choix de vérité difficiles à réaliser.

Il y a eu l’isolement et la solitude, et aussi le dépouillement matériel. Mais il y a eu aussi la providence. Et là, une certitude s’installe.

« Quand tout va mal, il faut chanter Dieu, il faut chanter Dieu, même sans y croire. Cela agit toujours », m’avait dit une religieuse malicieuse.

Et il est toujours venu du secours. Il vient toujours. Je l’ai vécu de nombreuses fois.

Un jour, je faisais du stop ; la faim me tenaillait le ventre. Je fouillai dans ma poche à la recherche de quelques sous pour acheter une demi-baguette. Rien. Plus un sou. Dépité et dubitatif quant à ma situation, je commençais à m’inquiéter. Alors pour occuper mon mental, je fredonnais «Mon Seigneur et Mon Dieu, je m’abandonne à Toi»: Quelques instants plus tard un vieux paysan s’arrêta et proposa de m’emmener dans sa 4L. Lorsque je descendis de sa voiture, il me tendis alors un billet de 10 Francs, sans que je ne lui ai dit quoi que ce soit à propos de de ma faim, et de mon dénuement. Qu’est ce qui a poussé ce vieil homme pauvre à me donner de l’argent alors qu’il ne connaissait pas ma situation?

La providence agit. J’en fis plusieurs fois l’expérience. Est-elle réservée à certains élus? Je ne le pense pas, mais ce que je crois c’est que souvent nous ne la voyons pas à l’oeuvre. Alors qu’elle est toujours là!

La providence a une action pédagogique, elle nous tend la main pour nous conduire plus loin. Et ce plus loin, c’est toujours tout autre chose que ce que l’on croit.

Souvent, quand on est en chemin spirituel, on souhaiterait passer plus de temps à méditer, avoir moins de contraintes, se trouver dans un lieu plus propice. Mais nous sommes tous exactement là où nous devons être. Si nous devions être en longue retraite, nous y serions, si nous devions vivre en Inde, nous y vivrions. Si tel n’est pas le cas, c’est que la vie nous indique que ce que nous devons apprendre est exactement là où nous sommes, tout au moins pour le moment.

J’ai fini par le comprendre, mais j’y ai mis du temps. Parce que l’univers et Dieu sont Un. Ce qui implique qu’il n’y a pas la moindre opposition entre ici et là-bas, entre l’action dans le monde et la contemplation de l’âme.

Il faut juste vivre au mieux, d’instant en instant, c’est-à-dire dans un accueil détendu….essayant de rester réceptif à la grâce par une attention bienveillante.

Chacun a son chemin. Il est inutile de le comparer avec d’autres. Tous mènent au même but, car il en a qu’un. Mais certains sont très tortueux, d’autres directs…

J’ai commencé le chemin avec le Kriya Yoga, je l’ai poursuivi avec le Jnana Yoga. Et cela m’a conduit à l’Atma yoga.

La réalisation ultime : tout est Un ne peut s’opérer par le mental, parce que le mental n’est pas l’instrument adéquat pour cela. La Vérité c’est l’Unité. Le reste c’est le chemin, le chemin infiniment varié.

La purification est la partie principale du yoga. Comprenons bien ce mot. Il a été tellement perverti en Inde. La purification concerne les attitudes du mental : l’orgueil, la peur, le bavardage intérieur qui empêche d’entendre l’appel de Dieu.

Purification du sens de la dualité conflictuelle qui nous fait naître à la vision de l’Unité, à la vision de la Vérité.

C’est un travail qui doit se faire en secret et en silence.

C’est en 2004, lors d’une retraite méditative que j’ai pu découvrir ce que je cherchais depuis des années. J’ai réalisé alors ce que décrivent les sages et les mystiques depuis des millénaires. Une conscience Une et éternelle se trouve derrière tous les phénomènes de notre monde. Le « moi » n’est qu’une bulle provisoire, baignant dans une conscience infinie et lumineuse.

La quête a cessé, mais pas le chemin. Une autre étape de vie a commencé. D’abord dans le secret du cœur, puis maintenant dans une ouverture au monde.

J’ai hésité longtemps à témoigner de ce que je venais de vivre. D’abord je ne rencontrais personne que cela pouvait intéresser. J’étais changé, tout en ayant bien sûr toujours la même personnalité.

Mais maintenant, je savais que j’étais conscience ouverte et illimitée. La paix et la joie habitait en moi, il n’y avait plus de manque, plus de peurs.

La personnalité avec ses besoins et insatisfactions s’était effacée. Le monde apparaissait désormais comme un jeu ou une pièce de théâtre !

Il me fallut des années pour réussir à verbaliser tout cela avec justesse.

Je me suis rendu compte que cette réalisation n’était pas si rare. Et que ma conscience restait tout de même présente au monde. En ce monde je suis avec ce corps encore quelque temps, alors vais-je garder mon trésor secret ? Ne concerne-t-il que ma personne, alors que nous sommes Un ?

Nous sommes tous sur cette planète en chemin d’évolution, pouvons-nous pressentir où il va nous mener ? Peut-être, par ce livre, prendrez-vous conscience de ce qui vous anime dans vos choix?

Ou peut-être verrez-vous ce qui bloque pour connaitre l’éveil ?

https://coeurdivin.com