Eveil

L'éveil n'est pas une expérience, mais un processus qui se déroule tout au long de la vie.

Il n’y a pas d’erreur plus engourdissante que de prendre une étape pour le but ou de s’attarder trop longtemps à une halte.

 

 

La paix est une base nécessaire, mais elle ne suffit pas. La paix, si elle est forte et permanente, peut libérer l'être intérieur qui devient alors le témoin calme et impassible des mouvements extérieurs.  Dans certains cas elle peut libérer aussi l'être extérieur de ses conditionnements. Mais là encore il s'agit d'une libération, non d'une transformation.

 

"Je suis en Paix avec moi-même, je sens une quiétude m’habiter, une sensation de bien-être. Une grande satisfaction d’être avec moi. Une harmonie avec l’instant présent." Même s'il se manifeste parfois des préférences, tout est accueilli avec paix.

Cette sensation de bien-être remplit tout mon être à chacune de mes inspirations comme de mes expirations. Profondément. La Paix coule en moi. Je la savoure encore et encore.

Par moment, cette Paix intérieure devient plus intense.

Le va-et-vient autour de moi ne me distrait pas de cette tranquillité, si précieuse à mon âme. Nécessaire pour mon évolution. Demeurer dans cet état de bien-être intérieur est ma joie.

Me consacrer pleinement et entièrement à la vie autour de moi. devient mon occupation.

Je suis en apprentissage. pour servir la paix, il n’y a pas d’échec ni de succès. Plutôt des expériences utiles à ma connaissance sur moi-même et sur le monde dans lequel j’évolue. Je suis en développement, en évolution.

Telle une discipline, un art de vivre. J’inspire, j'expire. Je prends contact avec moi-même un peu plus. Je reconnais sa présence, ici et maintenant. Je vis la Paix en moi.

Par un apprentissage, un exercice quotidien d'attention, il m’est devenu possible de comprendre comment créer plus de Paix autour de moi. Avec mon entourage et dans mon milieu de vie. Et j'aimerai partager ce que j'ai reçu, même si je sais qu'il y a encore tant à apprendre"

 

 

 ***

 

Le mental agité nous fait percevoir les mouvements à l'extérieur, nous conférant l'illusion que le monde du mouvement est réel. Mais lorsque le mental atteint le calme parfait alors nous percevons la Réalité immuable dans laquelle le changement et les mouvements évoluent à l'image des vagues sur la surface de l'océan.

En vérité, nous et Dieu sommes un, jamais séparés. C'est par notre ignorance que nous nous sentons séparés de Lui. Lorsque nous avons mis fin à cette ignorance nous prenons conscience d'être un avec Lui, et de l'avoir toujours été.

 

Zen_Rota_Futuro.jpg

 

L'Eveil, un mot merveilleux qui décrit ce qui se passe après le sommeil.

La vie ordinaire à double pôle 'moi et non moi'.

Cependant elle ne ressemble en rien à la Réalité que l'on découvre  lorsque le mental se replie dans la profondeur du Soi et repose en lui-même.

 

Cette Réalité ne renferme aucune des modalités habituelles de la conscience.

Elle demeure essentiellement ineffable et peu importe qu'on la qualifie de plénitude ou de vacuité ou de présence.

Le mot perdant nécessairement son sens lorsqu'il s'applique au contenu de l'expérience mystique;

On ne peut ni l'imaginer ni la penser; il est donc nécessaire de l'éprouver soi-même.

 

Suite à Cela, toute recherche, toute attente, toute peur  disparait.

Il y a une plénitude de présence....

sans effort, sans insatisfaction, sans manque....

 

Mais cependant, il demeure comme un élan à expliquer, à témoigner, à partager...

 

***

 

Une question était présente: peut-on définir une démarche, un processus vers l'éveil de la Présence ?

Il semblerait que l'essentiel consisterait surtout à se libérer de ce qui "masque"  la Présence

 

Il faut enlever toute idée de limite, d’obstacles et  se demander pourquoi je ne suis pas conscient de ma vraie nature, pourquoi ne la vois-je pas ?

Non pas comme une curiosité, une question interessante,

mais avec passion.

Si on est vraiment déterminé à répondre à cette question, alors tout devient possible.

Il faut être convaincu, passionné et foncer.

Une ferme détermination suffit, elle balaye tout : le temps qu’il faut pour réaliser, les limites que l’on s’impose et dont on s’afflige…

Lâcher-prise, observer le mental. Tout est là.

Le mental ne peut se connaître lui-même.

Le mental peut se perfectionner, élargir son domaine

mais il ne peut aller au delà de lui-même.

Il importe donc de se détacher du mental...

peut-être en revenant au corps.

Pour découvrir un autre état de conscience

Une vivance

Un observateur

à la fois neutre et bienveillant..

 

Ce qui observe le mental est  PRESENCE consciente pure

...

Derrière l'hyper-activité du mental se révela la Présence

 

***

 

couv-la joie d'être soi

 

"Une nuit, alors que je pratiquais la méditation, une sensation, que je connaissais, se manifesta. J’étais assis le dos droit. Mon corps fut pris d’un balancement régulier, de droite à gauche. C’était toujours étrange et agréable de retrouver cette sensation. Comme un picotement très fin qui s’élevait progressivement du bas vers le haut du dos. Cela allait régulièrement, mais de plus en plus fort. Ma respiration changeait.
Une grande paix emplit peu à peu tout mon être. Je pressentais que quelque chose d’inhabituel était en train de se passer.
Et tout à coup, ma conscience s’ouvrit soudainement à autre chose. Totalement autre chose.
Une dimension extraordinairement vaste et vibrante d’énergie emplit ma conscience. C’était très puissant et doux en même temps. Une joie extraordinaire m'emplit et rayonna en tout ce que je voyais. Cette « qualité » lumineuse imprégnait tout. Ce n’était pas intérieur, ni personnel, « ma » conscience n’était plus limitée à mon corps… C’était partout, il n'y avait que cela. 
J’étais cette joie et tout ce que les yeux percevaient rayonnait de joie. 
Les objets étaient cette joie, les murs, le sol, l’extérieur qui était visible par la fenêtre, étaient cette joie… La conscience n’était pas limitée au corps, ni à la mémoire... Cette joie était partout."

(extrait de "La joie d'être soi", ed L'Originel: récit d'une aventure de la conscience)

***

*

 

Toutes les Écritures sont d'accord sur le fait que, pour obtenir la libération, le mental doit être tranquille ; une fois que l'on a compris que l'essence de leur enseignement est de rendre le mental tranquille, il devient futile de chercher aure chose.

Pour arriver à une telle tranquillité il suffit de chercher en soi-même ce qu'est la nature de l'être, du Soi. 

On ne peut connaître le Soi que lorsqu'on est pret à oublier tout ce que l'on a appris.

***

Je ne fonde pas mon yoga sur la base insuffisante que le Moi est une illusion. Cette affirmation ne mène à rien au-delà d'elle-même, ou si on l'utilisait comme point de départ, elle menerait à la conclusion que l'action et la création n'ont ni signification ni valeur.

 

***

Qu’est-ce que l’éveil spirituel ?
 L’éveil spirituel désigne quelque chose de très précieux.

À l’origine, l’invitation à l’éveil spirituel est faite aux êtres assoupis dans un sommeil. Le sommeil en question signifie le fait de vivre dans le rêve mental. L'éveil spirituel est donc l'émergence de la conscience hors du monde mental, un peu comme la conscience sort du sommeil après une nuit de cauchemars.

Qu'est ce le rêve mental ? Un esemble d'illusion !
 La première illusion, qui fonde toutes les autres, est la croyance que la vie s'organise par notre intelligence personnelle (contrôle, maîtrise, projet). Cette illusion indique que l’on a perdu de vue l'Intelligence de la Vie qui organise toute chose à tout moment.

La seconde illusion, qui découle de la précédente, est la croyance que nous sommes une "personne isolée", face aux autres, séparée de tous et en danger permanent (d’où nécessité de se protéger continuellement). Une telle perception est cause de guerre, de conflit, de violence et conduit à l'impossibilité d’être réellement en relation avec qui ou quoi ce que ce soit.

Une troisième illusion se trouve dans le fait d’investir notre énergie exclusivement dans le transitoire comme si les choses étaient éternelles (famille, profession, propriétés). Cette illusion amène à la révolte et la souffrance chaque fois que nos projets s’effondrent.

Une autre illusion est de croire qu'il existe un(e) ou des autres capables denous apporter le bonheur (cette illusion a créé le mythe de l'âme-soeur) ou, au contraire, responsables de notre malheur.  Cette quête « vers l’extérieur » est sans fin et toujours vaine.

Enfin, la dernière illusion, particulièrement active dans les milieux philosophiques et spirituels, étant d’« atteindre un état de béatitude permanente » et, bien entendu, de se désespérer de ne jamais y parvenir.

Que produit l'éveil spirituel ?
 L'éveil spirituel, par la dissolution des croyances et illusions évoquées ci-dessus, révèle notre unité intrinsèque avec les mouvements de la vie (contre lesquels nous luttions en permanence), notre lien avec nos congénères (voilé par le sentiment de séparation), l'éternité de l'existence (au-delà des projets et objets de l'univers personnel). Dans cet éveil, nous réalisons que nos illusions étaient la cause de toutes nos souffrances. Mais nous voyons surtout émerger la joie et la paix qui naissent de l'accueil de ce qui est et l'ouverture du coeur qui en résulte relâche spontanément l'emprise du mental, l’étau de la certitude intellectuelle et tous les cadres étroits que nous avions pris pour "notre vie".

Et maintenant ?
 Il est probable que la vie nous invite (parfois sans ménagement) à revenir à ce qui est, à nous réveiller du mirage de ce que l’on voudrait qui soit et à plutot redevenir  serviteurs d’un processus immense qui s’appelle la Vie.