Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

la nature de l'Eveil

Publié le par P.Vigneau

La compréhension de la nature de l’Éveil n'est pas l'Eveil.

Reconnaître notre vraie nature n'a rien à voir avec l'Eveil.

Défaire les croyances n'est qu'une gymnastique mentale.

Il n'est pas vain de rechercher l'Eveil dans l’avenir, puisqu'en cet instant même vous vous interrogez .

Par contre essayer de comprendre l'Eveil avec la tête est aussi vain qu’essayer de faire tenir l’océan dans un seau.

C’est uniquement le mental qui fait obstacle à cela qui est déjà.

Se libérer de l'hyper-activité du mental est le chemin.

Il faut pour cela une sadhana; une éthique et une pratique qui englobe tous les instants de la vie.

Chercher l’essence de la sagesse orientale tout en menant une vie d’occidental fut l’un des piliers de ma quête spirituelle.

La rencontre avec Maa m’a mené au terme de cette quête, après une véritable sadhana !

http://lapaix.webnode.fr/patrick-vigneau/

Ashram

Publié le par P.Vigneau

Un ashram est un lieu où l'on "travaille" à s'éveiller spirituellement dans le calme et la paix intérieure, loin des distractions et agitations du monde. 

Un ashram propose une atmosphère particulière, et c’est aux personnes présentes de se laisser imprégner de cette atmosphère et de s’y accorder selon leurs qualités.
La vie de l’ashram facite  en chacun un élan vers le divin.

Un ashram est une Ecole de Sagesse, c'est à dire une école qui guide sur le chemin de la transformation, avec  un travail sur soi réel, un travail dans : 

- la libération de l'ego,

- l'acceptation et lAbandon

- l'ouverture au réel et à l'Atma.

 

 

Par soi-même on ne peut pas se libérer de l'ego

Ce n'est pas avec des techniques ou des lectures uniquement que vous avancerez, parce que même si vous ne vous en rendez pas compte elles satisfont l'ego, et l'ego ne vous fera jamais avancer spirituellement.

L'ego peut combler des vides, il peut donner  l'impression d'avancer vers la spiritualité, mais c'est un leurre ! Cependant il est utile car il est un outil précieux, à condition qu'il ne prenne pas toute la place.

Le vrai Chercheur, le vrai néophyte, apprendront réellement ce qu'est la Sagesse. Tout au long de sa vie, il essaiera de la mettre en application dans ses comportements, dans sa façon de manifester l'Amour, dans la joie, dans la sérénité qui sera la sienne.

Le vrai aspirant travaillera beaucoup plus avec le cœur qu'avec le mental.

Cependant, il faut qu'il y ait accord entre le cœur et la tête ; il ne faut pas trop mentaliser, mais pour avoir du discernement il est nécessaire de passer par l'analyse de l'intelligence.

 

Ecole spirituelle

L'aspirant sincère qui est sur le chemin doit aussi avoir la capacité de se remettre en question, de comprendre par lui-même.

La fonction d'un ashram est d'acquérir des bases solides afin d'évoluer vers la compréhension de ce que vous êtes.

Si vous vous ouvrez suffisamment, si vous avez suffisamment d'Amour pour vous-mêmes et pour la vie, vous arriverez à vous réaliser.

L'aspirant qui est sur le chemin doit aussi comprendre la différence entre l'illusion et la réalité, entre l'illusion astrale et le vrai avancement spirituel, entre l'illusion de l'Amour et l'Amour réel.

Un ashram est un lieu pour apprendre et comprendre les subtilités du chemin.

Ceci afin de pouvoir dépasser certaines tentations, parce que dans la matière; il y a toujours des pièges et des tentations. Celui qui est bien ancré dépassera les pièges ou illusions sur son chemin, il comprendra dès que les tentations se manifestent. 

Même pour ceux qui ont commencé un chemin spirituel, la tentation est de s'arrêter et de prendre un chemin de plaisirs, un chemin totalement en adéquation avec la vibration et l'énergie d'une grande partie de l'humanité.

C'est la tentation des "joies primaires " ; je dis " primaires" car les plaisirs humains se situent essentiellement dans le pouvoir, l'argent, la renommée et le sexe. Ces plaisirs ne feront jamais avancer l'aspirant sur le chemin, par contre ils seront parfois des pièges à affronter et dépasser.

Un ashram est une école qui permet de réaliser ce qu'il y  au-delà de l'humain: l'âme, l'Atma, l'Etre Divin, l'Etre de Lumière et d'Amour.

Seva

Publié le par P.Vigneau

« Je donnerais vingt mille corps comme le mien pour aider un seul homme. Il est splendide d’aider, ne serait-ce qu’un seul. » (Ramakrishna)

Il est relativement facile de se prendre pour un saint au sommet d’une montagne, quand on a eu quelques expériences psychiques. Mais le vrai test, c’est quand on revient sur la place du marché. Dans la voie de l'Atma Yoga, la pratique du seva, ou service bénévole, permet de se confronter au réel de la vie et d’affiner notre vision des choses. Travailler avec d’autres dans l'ordinaire du quotidien est un moyen concret de mettre en application l’enseignement du Yoga et de constater notre détachement par rapport à l'ego.

Pratiquer le seva consiste à accomplir des activités courantes, telles que faire la cuisine ou le ménage, bricoler, accompagner, soigner, jardiner, enseigner, écrire sur l'ordinateur, etc... en restant consciemment centré sur le Soi.

Seva c'est aussi aider les autres à se sentir bien, à sortir de leur souffrance, qu'elle soit physique, morale, émotionnelle, ou existentielle, sans rien attendre en retour.

Seva c'est le service aux autres effectué avec dévouement et bienveillance, sans recherche de gain personnel, ni d'attente de résultats, ni de reconnaissance.

En cultivant cette attitude de service, nous pouvons faire de tout travail une offrande à Dieu ; toutes les activités de notre vie deviennent alors un yoga.

La sagesse ne peut être réelle sans la compassion pour tous les êtres. Le service désintéressé en est la manifestation naturelle.

Réaliser Dieu est rapide si la compassion emplit toutes vos actions du matin au soir.

Diksha initiation

Publié le par P.Vigneau

                                      

Le mot diksha sanskrit vient du diksh racine, qui signifie «se consacrer, et est en fait dérivée d'une combinaison de deux racines, Diks, qui signifie« consacrer » et daks, qui signifie« grandir » , pour devenir fort ou d'élargir. Il pourrait donc être dit que cela signifie d'élargir sa conscience par un processus de dévouement à la découverte de soi-même. Diksha implique un engagement profond qui concerne toute la vie. Le mot diksha est, en sanscrit, celui qui signifie proprement « initiation », bien que parfois il faille le rendre plutôt par « consécration ».

L’initiation nommée diksha, offerte par un maitre appartenant à une ligne spirituelle ne peut être obtenue, que par un être engagé dans une réelle ascèse (sadhana), qui a révélé certaines qualités personnelles particulières, spécifiques à une certaine voie, et qui a décidé de la suivre avec persévérance et fidélité, en allant aussi loin que ses capacités le lui permettent.
Aujourd’hui on entend parler d’initiation de groupe, cela n’a aucun sens. Car l’initiation dans son authenticité la plus pure n’est reçue qu’après une préparation sous la direction du maitre.

Certaines personnes peuvent connaitre des illuminations, et croient être arrivées à un état particulier, mais ce ne sont que des étapes dans la perspective d'une vie toute consacrée au divin. L'initiation n'a d'autre but que de propulser le disciple dans le chemin de la Réalisation. L'initiation implique un accompagnement par un maitre qui va aider le disciple à poursuivre sa sadhana sans faillir. L'Eveil n'a pas de fin et se déroule tout au long de la vie...

C'est une voie vers la liberté totale, et elle vient d’une méditation constante.Quand on médite, le mental s’apaise et se fond dans la connaissance universelle; il perd ses entraves, devient libre comme le ciel, l’espace. Ceux qui cherchent une certaine connaissance, même spirituelle cherchent quelque chose pour eux-mêmes; et c’est là qu’est le problème, car le chercheur lui-même doit disparaître. 

Diksha est semblable au baptême chrétien, dans le sens de renaissance à une vie nouvelle.

"La simplicité d’esprit mène facilement à Dieu. Si une personne est simple, les instructions spirituelles fructifient aisément en elle, comme une semence germe facilment, croit et porte des fruits dès qu’elle se trouve placée dans un sol épierré et labouré." (Ramakrishna)

"La connaissance qui rend humble et discret est la seule vrai Connaissance—tout le reste n’est que fausse connaissance." (Maa)

 

Maisons de Paix

Publié le par P.Vigneau

C’est en Inde que prit naissance l’inspiration qui aboutit aux Maisons de Paix. Suite à la rencontre que je fis de deux sages et des bouleversements de conscience qui en résultèrent, la paix intérieure devint pour moi l’urgence. Mais l’intérieur n’est pas séparé de l’extérieur. Entre Hindouisme, Bouddhisme, Christianisme, et un peu de physique quantique que j’avais étudiée à l'université, une évidence s’imposa : tout commence dans la conscience et nous sommes tous reliés. Alors, ce que je fais ici a des répercussions sur ce qui se passe là-bas. Ce fut le point de départ des Maisons de paix. Si nous nous engageons ici et maintenant, à rejoindre la dimension profonde de paix, ce que nous vivons, ici et maintenant, pèse sur ce qui se passe "partout et ailleurs."

"Acquiers la paix intérieure et des âmes, par milliers, trouveront auprès de toi le Salut" (Saint Séraphim de Sarov)

"Trouve la paix et répands-la" (Maa)

http://maisondepaix.webnode.fr/

Yoga-nidra

Publié le par P.Vigneau

 

Ce yoga me fut transmis par un disciple de Swami Nigamananda Paramahansa (1880 – 1935), originaire du Bengale oriental et qui s'installa à la fin de sa vie, à Puri où j'ai vécu plusieurs années. Il fut un maître en Atma yoga, ayant la maîtrise en plusieurs yogas, et fit reconnaître le yoga-nidra comme une pratique spirituelle très subtile. Cette pratique me fut transmise entre les années 1983 et 1985 à Jagannath puri.

Dans le yoga classique le yoga-nidra n'est pas mentionné, c’est une « technique » très spécifique, une technique à part, en marge, connue seulement de quelques maitres. Elle demande une grande habitude du prânâyâma, et surtout de la méditation. D’une certaine façon, le yoga-nidra se situe à un niveau élevé dans la « hiérarchie » du yoga. Autrement dit on ne peut réellement en faire avec bénéfice qu’au bout de plusieurs années de yoga.

Le Yoga nidra est l'ancêtre de toutes les techniques de relaxation et de la sophrologie.

La Formation que je propose aujourd'hui s’adresse à toute personne désireuse d’approfondir le Yoga nidra à des fins personnelles ou professionnelles (professeurs de yoga, relaxologues, professions para-médicales, thérapeutes...).

 

http://lapaix.webnode.fr/patrick-vigneau/

Maya

Publié le par P.Vigneau

 

Une tradition vivante

Maya est d'une puissance extraordinaire, Maya, la différenciation, Maya l'illusion

Ô combien de chercheurs sincères se font prendre par le jeu de Maya! 99 % de ceux et celles qui aspirent à l'Ultime sont détournés par Maya !

Quel est donc ton pouvoir ô Maya ! Mystère ultime qui me dépasse et me fascine.... Comment ai-je pu refuser tes mirages, si ce n'est par la grâce de Mère, qui fut toujours là pour me rappeler la direction.

Quand je lis que Krishnamurti déclara à la fin de sa vie: "personne ne m'a compris". Quand je lis que Ramana Maharishi dit un jour "personne ne comprend.." Quand j'entends Mère me dire un jour : "Aucun ne comprend". Et que je vois aujourd'hui que tant, après des années de consécration à la Vérité retombent dans les filet de Maya, je comprends quelle merveilleuse opportunité j'ai eu d'être accompagné par Mère, pour ouvrir le regard de vérité et garder l'innocence du coeur.

Et je le dis, aujourd'hui, avec un réel infini respect pour ceux et celles qui liront : la voie de la Réalisation est d'une exigence de Vérité totale.....................

 

Issu du Bengale, l'Atma yoga fut réactualisé par Ramakrishna et Sarada Devi, et  aussi par Swami Prajnanpad, Sri Manoharan, Ma Ananandamayi... tous bengalis. Il suppose la réalisation de Satya, la vérité.

Chaitanya, Ram Mohan Roy, Tagore, ont aussi apporté leur contribution à la force de la vérité de l'amour unifiant.

C'est le yoga de la Mère divine.


                                                                                 *



En savoir plus : http://atma83.webnode.fr/
 

Sutra du coeur

Publié le par P.Vigneau

Hridaya en sanskrit, Kardia en grec, le coeur désigne le centre de l'être!

Il est la porte vers la dimension spirtuelle , ce n'est pas la dimension affective ou sentimentale. 

   

                      Maha Prajña Pâramitâ Hridaya Sûtra
                                    Sûtra du Coeur

 

Le bodhisattva Avalokiteshvara
Par la pratique profonde de la prajña pâramitâ
Comprend que le corps et les cinq aggrégats ne sont que vacuité.
Il met fin ainsi à toute souffrance ou infortune.


Sariputra, la forme n'est pas différente du vide,
Le vide n'est pas différent de la forme;
La forme, c'est le vide; le vide, c'est la forme,
Et il en va de même des sensations, des perceptions, des volitions et des consciences.


· Sariputra, tous les dharmas ont ce caractère de vacuité.
Il n'y a ni naissance, ni extinction, ni souillure, ni pureté, ni croissance ni décroissance.
C'est pourquoi dans la vacuité, il n'y a pas de forme, de sensation, de perception, de volition,
ni de conscience.


Il n'y a pas d'oeil, pas d'oreille, pas de nez, pas de langue, pas de corps ni de mental.
Ni couleur, ni son, ni odeur, ni goût, ni toucher, ni objet de la pensée.
Il n'y a pas non plus de domaine de la vision, et cetera
Ni de domaine de la conscience mentale.
Il n'y a ni ignorance, ni cessation de l'ignorance, et cetera,
Jusqu'à et y compris la vieillesse et la mort et la fin de la vieillesse et de la mort.


· Il n'y a ni souffrance ni origine de la souffrance ni extinction de la souffrance
Et pas non plus de voie vers l'extinction de cette souffrance.
Il n'y a pas de connaissance et pas non plus de profit, car il n'y a rien qui puisse être acquis.


Dans le coeur du bodhisattva, par la prajña pâramitâ, il n'y a pas d'attachement.
Comme il n'a pas d'attachement, il ne peut plus avoir de crainte.
Séparé de toute méprise, il atteint au Nirvâna.
C'est par la prajña pâramitâ que les Bouddhas des trois époques,
Obtiennent l'Eveil Suprêmement Inégalé.·
Sachez donc que la prajña pâramitâ est le grand mantra divin, le grand mantra lumineux,
Le mantra insurpassable, le mantra incomparable,
Capable d'ôter toute souffrance, authentique, incontestable;
Or, voici donc ce mantra de la prajña pâramitâ
Gate, gate, pâragate, pârasamgate, bodhi svâhâ.
 

la Mère divine

Publié le par P.Vigneau

"Tout est dans la Devî, et la Devî est dans tout".

C’est ce que Shankara résume dans les vers d’introduction d’une de ses compositions (Saundarya Laharî) dédiée à la Déesse-Mère:

"Seulement si Shiva est uni à Shakti, devient-il capable de créer le monde, sinon il n’aurait même pas la faculté de vibrer"


Narada, grand mystique dévotionnel (Bhakti) se demanda un jour : les humains adorent les Dieux, mais qui les Dieux adorent-ils ?
Etant habitué à les fréquenter, il va donc le leur demander. Ceux-ci sont surpris de cette question ? « Ô Narada, quel besoin as-tu de le savoir ? Nous te bénissons et t’octroyons de nombreuses grâces, qu’as-tu besoin de connaitre ce mystère ?
Les Dieux étaient réticents, mais Narada se fit insistant. Et finalement il obtint la réponse.
« Notre adoration et notre vénération, ô grand sage, vont à l’être lui-même qui est à l’origine de tout. La Grande Déesse, la Mère Divine, Shakti. C’est par Elle que nous existons, c’est par Shakti que Brahma est créateur, c’est par Shakti que Vishnou est préservateur et Shiva destructeur. Sans Elle nous ne pouvons rien. Seule Shakti est agissante. (d’après le Mahabhagavata)

http://atma83.webnode.fr/

Le Soi

Publié le par P.Vigneau

Il faut créer beaucoup de vide en soi pour naître au nouveau. 

Le Soi peut se percevoir dans le souffle de vie. Je n'avais pas besoin de le chercher, car il est ici, il y a toujours été. J'avais juste à lacher toute projection, j'avais juste à maintenir la tension tout en étant détendu. Mais ce n'est pas un exercice ni un truc à faire. Il y a un basculement de conscience qui brule tout.

   *

 Ne souhaitons pas trouver le Soi ailleurs que partout…

Purna

Publié le par P.Vigneau

Quand vous aurez redécouvert votre divinité, le monde entier se révèlera divin... 

Ce que vous êtes en conscience, vous le voyez à l’extérieur...

 

Stage à Paris

Publié le par P.Vigneau

Extrait du site "Etre Présence"

 

Le temps d’un week-end, par la parole, le silence, le dialogue, la méditation et la relaxation très profonde, Patrick exposera les fondements de la Voie.

Un week-end  d'honnêteté et de vérité ; un week-end pour voir nos confusions dans une lumière radicalement nouvelle; un week-end de repos, de lâcher prise pour être présent à la joie du coeur.

Avec simplicité et compassion, Patrick nous partagera son expérience auprès d’une Mère en Inde, où il devint Priyananda.  

« Je ne viens pas pour rencontrer une multitude, mais pour retrouver ceux et celles dont l’aspiration est pure » 

Son enseignement simple, accessible et direct pointe vers la présence qui demeure au plus profond de notre coeur. 

***

Au-delà des apparences de ce monde se trouve une autre réalité. Tout au long de la Sadhana auprès de Maa, le dépouillement de l’irréel  le conduisit à l’immersion dans l’Atma darshan. Expérience intime de la connaissance du Soi qui aboutit à une mutation de la conscience.

« Malgré une nature à rester discret, la vie me pousse maintenant à poursuivre la transmission, car tel est le processus de l’Atma yoga » (Patrick).

« Ceux qui ressentiront l’Appel viendront, car cela se passe  ainsi depuis des millénaires » (Maa) et la quête se poursuit dans l’intimité de la Rencontre

 

evolution

Publié le par P.Vigneau

 

L'élan de l'homme vers la spiritualité indique d'une façon indéniable  l'évolution de la conscience. Cette évolution est progressive, et se réalise cependant par sauts. La conscience de l'ego se transforme et la conscience de l'âme émerge. C'est le mobile central de l'existence terrestre.

Beaucoup de personnes aujourd'hui cherchent, mais peu sont désireuses de s'engager réellement dans une sadhana (une pratique spirituelle). Et parmi celles qui s'engagent, bien peu s'en remettent au divin. C'est le jeu  (la lila) en ce temps.

Mère divine

Publié le par P.Vigneau

Encore aujourd’hui dans une société de plus en plus technologique, l’Inde nourrit toujours une spiritualité vivante habitée par la Mère Divine.

On La retrouve comme épouse d'un dieu, ou comme Mahadevi, la Mère suprême, qui est l’Absolu inconditionné ; mais aussi comme la déesse locale de nombreux villages. Elle inspire les poètes et les religieux de toutes les époques.

Tous les grands sages de l’Inde insistent sur le fait qu'on peut connaître la Mère Divine par expérience mystique. Je dis bien « connaitre », et pas « réfléchir sur un concept ». Cela signifie qu’Elle a une réalité… avec bien des manières de se manifester.

En extrême orient, Kwan yin (Chenresig ou Tara au Tibet), boddhisattva féminin, représente la Mère Divine, dans la mythologie bouddhiste.

En Occident le Dieu-Père, image de Yahvé, s’est largement imposé. Cependant dans les mondes catholiques et orthodoxes, une recherche d’équilibre a contribué à cultiver le côté féminin de la dévotion avec Marie : « la mère de Dieu ».

Personnellement c’est en Inde, que j’ai ressenti l’appel de la Mère Divine. Et cet appel m’a emporté dans un parcours que je ne pouvais imaginer.

(extrait d'un prochain livre)

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>