Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Atma Yoga

satchitananda

19 Janvier 2022, 13:56pm

Publié par Patrick

La réalisation ultime

(...) Je suis de la nature de la conscience.
Je suis fait de conscience et de félicité.
Je suis un, non-duel, pur dans la forme, la connaissance absolue, l'amour absolu.
Je suis immuable, dépourvu de désir ou de colère, je suis non-attaché.
Je suis Une Essence, un caractère illimité, une conscience totale.
Je suis la Félicité sans limites, l'existence et la Félicité transcendante.
Je suis l'Atman, qui se complaît en lui-même.
Je suis le Sacchidananda qui est éternel, illuminé et pur.

(Tejobindu Upanishad)

Sat-chit-ananda est traduit par «vérité-conscience-félicité».

Sat-Chit-Ananda : formule sacrée sanskrite décrivant l’Absolu comme essence de l’existence (Sat), de la Conscience (Chit) et de l’Amour ineffable (Ananda). 

Sat-chit-ananda définit l'Etre éternel et unifié de tout ce qui est, c'est l'Absolu qui est au-delà de l'espace, de la matière et du temps.

C'est le Divin originel et absolu, dans sa forme la plus subtile, c'est la pure Conscience indifférenciée, la substance primordiale que l’on nomme Parashakti (puissance suprême, énergie primordiale) d’où émergent les myriades de formes existantes, sur tous les plans: spirituels, psychiques, énergétiques, biologiques et matériel.

Ces trois termes Sat Chit Ananda, présentent une synthèse des facettes de l’Absolu divin. Au-delà du Nirvana et de la Vacuité qui contient tout en potentiel, se révèle satchitananda, l'Absolu pure conscience-connaissance-félicité, dans la tradition spirituelle de l’Inde

Sat : L’Etre, la Vérité Absolue, sans forme. Sat, c’est la présence inconditionnée, là ici maintenant et partout en même temps. Chit, est la Conscience, la pleine Conscience qui n’apparait que quand tout est calme et silencieux en soi.
Ananda : Amour pur, bonheur et joie essentielle. Ananda, c’est la félicité, l’Amour Divin inconditionnel, pour tout ce qui est. Il s’agit de l’Amour total et infini

 

Commenter cet article